Aller au contenu Aller à la recherche

Ourton

Adhésion aux compétences du SIVOM

  • Maintien à domicile
  • Repas à domicile
  • Soins infirmiers à domicile
  • Forfaits soins courants
  • Action Santé
  • Relais Assistants Maternels
  • Balayage mécanisé des voiries

Carte d'identité

  • Maire : Jean-Charles CORDONNIER
  • Adresse de la mairie : 260 rue du Chanoine Martel, 62460 Ourton
  • Horaires de la mairie : lundi et mercredi de 8h30 à 12h ; mardi et vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h ; samedi de 9h à 12h ; fermé le jeudi
  • Les numéros utiles : 03.21.41.51.31
  • Nombre d'habitants : 763
  • Infrastructures scolaires : école maternelle : 1, école primaire : 1
  • Associations : 10
  • Les liens utiles:

Son Histoire

Ourton viendrait de deux mots celtiques : "OR" qui signifie rivière et "hum", habitation. Pendant la période gallo-romaine, on connaissait quatre voies romaines et celle de Béthune à St Pol passait par Ourton.
Plus tard, au Vème siècle, le chef des Francs, Clovis, vint à Ourton où il avait villa et propriété, entre le bois actuel de Beugin et le village aujourd'hui.

Ourton eut comme partout son château féodal.
Ce château fut construit petit à petit aux cimes Nord-Est du bosquet FERRAIL (monticule le plus élevé d'Ourton). De ce château, on retrouve parfois quelques rares vestiges de fondation et quelques traces de souterrains dont l'un se décèle au Montaigut. L'invasion en 1537 par des troupes françaises se traduisit par la destruction du village et la mise en ruine du château.

Après cette tourmente, le village fut reconstruit à gauche en aval du ruisseau de la Biette, et non plus sur les crêtes de la haute colline, ni au Montaigut. Le château fut rebâti au Plat Vivier en 1625. Il sera démoli et reconstruit en 1701, et plus tard, vers 1800, il sera démantelé.

Lors de la Révolution, la France fut divisée en départements et en arrondissements. Dès lors, Ourton appartiendra au canton d'Houdain.
Suite au décret fixant l'organisation des municipalités de France, les élections eurent lieu à Ourton le 24 février 1790, dans le local de l'église.
Dès juillet 1790, l'Assemblée Nationale vota la confiscation des biens d'église. De ce fait, Ourton deviendra et restera longtemps un village aux nombreux petits propriétaires terriens.
Au 19ème siècle, la vie économique et industrielle prenant un essor considérable, sera construite la route nationale qui enlèvera bien des beautés à Ourton.

La ferme du Château

En 1855, il ne restait plus du château que sa ferme et son moulin, dont le tic-tac ne cessa qu'en 1932.
Cette ferme fut rachetée en 1900 par les mines de Bruay et transformée, avec ses dépendances, en un coron de 15 maisons ouvrières. Elle fut affreusement bombardée par un avion en 1944.

Avant le début de ce siècle, elle apparaissait encore dans toute sa splendeur et conservait le souvenir de ses anciens propriétaires.
Le claveau de grès central de l'archivolte du portail d'entrée sur le pigeonnier était orné d'un écusson aux 3 fleurs de lys au pied coupé de Vignacourt, dans une couronne de lauriers avec la date 1631.
La porte d'entrée de la maison est surmontée également d'un écusson très fruste, parti de Vignacourt. À gauche, dans le mur de briques, et entouré d'un cadre de pierre blanche mouluré, se trouvent les mêmes armes, supportées par deux griffons et timbrées d'un heaume grillagé de face, orné de lambrequins, d'une couronne de marquis et d'un bourrelet.
Dans la cuisine, se dressait une belle cheminée en grès du 17ème siècle, dont parlent les dictionnaires de beaux arts, sous le titre de "cheminée d'Ourton", comme oeuvre rare et unique (elle se trouve au musée d'Arras).